EnglishFrançaisItalianoPortuguêsEspañol

CONSULTATION DEMANDE:
(832) 321-4028

Uncategorized

AG Jeff Sessions Autorité exceptionnelle - Matière de Castro-Tum

Les médias de nouvelles est en effervescence avec les dernières nouvelles de l'immigration. Jeudi mai 17, 2018 Procureur général Jeff Sessions dans un cas il a fait référence à lui-même [Matière de Castro-Tum] a utilisé son autorité exceptionnelle de limiter fortement l'autorité des juges de l'immigration aux affaires administrativement proches devant les tribunaux de l'immigration. Pour lire la décision réelle s'il vous plaît cliquez ici https://www.justice.gov/eoir/page/file/1064086/download.

Avant cette décision, les juges de l'immigration ont le pouvoir de cas administrativement proches pour permettre aux répondants qui avaient d'autres formes viables de secours pour les poursuivre avant l'USCIS. Ce que cela signifie simplement que des centaines de milliers de personnes qui pensaient que leur procès avait été fermé peut avoir des cas rouverts et finissent par être expulsés; même si ils avaient fait une bonne chance de rester ici légalement par des pétitions déposées auprès des services appropriés des États-Unis Citoyenneté et Immigration.

Alors que le grand public et les médias de nouvelles tentent de venir à bout de la décision, il est pas surprenant de l'immigration avocats qui pratiquent le droit dans les tribunaux de l'immigration dans tout le pays. Peu de temps après l'administration Trump a pris ses fonctions, Avocat à la Cour d'immigration ont vu une nette différence dans la politique et la procédure des représentants du gouvernement dans les procédures judiciaires.

Le cas de Castro-Tum implique un immigrant qui est entré aux États-Unis comme un mineur non accompagné. Son affaire a été administrativement fermée par un juge de l'immigration après avoir omis de comparaître à ses audiences à plusieurs reprises.


Alors, quelle est la fermeture administrative et pourquoi est-il important dans le droit de l'immigration?

Fermeture administrative est le mécanisme de procédure pour arrêter temporairement la procédure de renvoi en supprimant le cas du juge de l'immigration ou du Conseil du calendrier d'appel de l'immigration. fermeture administrative can be used to defer individual removal cases or the cases of large groups of people. Il est utilisé par les juges et le conseil d'appel de l'immigration quand quelqu'un qui est dans une procédure de renvoi [en d'autres termes, qui a une affaire judiciaire où le gouvernement tente de lui envoyer / dos à leur pays d'origine] a une autre forme de soulagement de la suppression encore en suspens aux Etats-Unis avant SACI [USCIS]. Il est comme appuyer sur le bouton de pause sur une affaire d'enlèvement au tribunal, pour permettre à l'intimé de poursuivre d'autres moyens viables pour leur permettre de rester légalement dans le pays.

Dans sa décision de sept points, Procureur général Sessions a ses motifs de sa décision. Certains des points clés qu'il fait sont:

  1. les juges de l'immigration et de la Commission d'appel de l'immigration ne sont pas l'autorité générale de suspendre les affaires d'immigration au tribunal par la fermeture administrative.
  2. les juges de l'immigration et de la Commission d'appel de l'immigration peut fermer seulement administrativement un cas il y avait un précédent règlement ou un règlement judiciaire en leur donnant le pouvoir explicite de le faire.
  3. La loi ne donne pas les juges de l'immigration et du Conseil de l'autorité d'appel de l'immigration d'accorder la fermeture administrative. Il a cité plusieurs lois – 8 C.F.R. § 1003.10(b) ; 8 C.F.R. § 1003.1(ré)(1)(ii)]; 8 C.F.R. § 1240.1(une)(1) et 8 C.F.R. § 1240.1(c). Ils n'ont pas le pouvoir de suspendre indéfiniment les cas, qui a été ce qui était arrivé dans le passé. Bien que les juges d'immigration et le Conseil ont le pouvoir de prendre des mesures « appropriées et nécessaires à la disposition des . . . cas » et prendre également des mesures qui « pourraient être appropriées » dans la procédure de renvoi, cela ne comprend pas habituellement le pouvoir de suspendre indéfiniment les cas.

Il a également ajouté que le juge en chef de l'immigration et le président du conseil d'administration peut gérer sous C.F.R des bordereaux. § 1003.9(b)(1) et 8 C.F.R. § 1003.1(une)(2)(je)(UNE), ces lois n'accordent pas l'autorisation expresse aux cas administrativement proches, et ne peut être interprété raisonnablement déléguer implicitement une telle autorité.

  1. En vertu de la Loi sur l'immigration et la nationalité, seul le ministère de la Sécurité intérieure a le pouvoir exclusif de décider si et quand engager une procédure judiciaire et une fois que les affaires commencent les tribunaux doivent agir rapidement pour résoudre les cas. 8 C.F.R. § 1003.12.
  2. Pour les cas qui justifient vraiment une courte pause, les règlements prévoient expressément prorogations. 8 C.F.R. § 1003.29.
  3. Lorsqu'une affaire a été administrativement fermée sans l'autorisation droite, le juge de l'immigration ou du conseil, le cas échéant, devrait rouvrir le dossier.

Une grande partie du problème est le longues listes d'attente et l'arriéré des cas d'être jugé par l'USCIS. L'agence gouvernementale USCIS est limitée par la pénurie de main-d'œuvre et des ressources. Des centaines de milliers d'applications sont en cours dans tout le pays. En raison de ces contraintes, de nombreuses catégories de cas [Asile, Réglage de l'état, U visas, Naturalisation pour ne citer que quelques-uns] sont en attente d'exécution pendant des années et des années. En coupant ainsi la majeure partie de la discrétion des tribunaux de fermer administrativement ses affaires, Procureur de la décision de sessions générales peuvent probablement conduire à des déportations massives pour des milliers d'immigrants qui seraient autrement admissibles à une autre forme de soulagement. En effet, si les tribunaux ne peuvent pas fermer administrativement les cas, et USCIS ne peut pas revoir leurs demandes de dispense, ils peuvent être forcés de quitter le pays. En effet, les immigrants qui sont en train de passer par le processus d'immigration serait légalement refuser cette occasion. Bien que la fermeture administrative indéfinie des cas ne sont pas idéal, une approche équilibrée doit tenir compte des réalités d'un système d'immigration fondamentalement viciée et surchargée.

Il reste à voir ce que les semaines et les mois à venir apporteront, que les différents acteurs se bousculent les modalités pratiques de cette décision. En ce qui concerne les immigrés touchés directement par la dernière décision du procureur général, accrochez, il va être un trajet cahoteux.